Printer-friendly version

Current Size: 100%

Cosmao Julien-Marie (Amiral)

Amiral Cosmao (1761-1825)

Beaucoup de Châteaulinois l'ignorent, pourtant l'un d'eux sauva l'honneur de la France au lendemain de Trafalgar.


Le futur amiral, Julien-Marie COSMAO-KERJULIEN, est né à Châteaulin le 27 novembre 1761. Son père Jacques était notaire et procureur royal. A Châteaulin la famille habitait une maison (qui n'existe plus aujourd'hui) à l'endroit de l'actuel quai Cosmao.

En 1776, il entre dans la marine comme volontaire, contre l'avis de ses parents.

De 1776 à 1778, il participe à la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis d'Amérique aux Antilles et sur les côtes de la France.

De 1779 à 1781, il participe à la campagne de Guyane où il capture deux bâtiments de la compagnie des Indes.

Il est nommé lieutenant de frégate auxiliaire en 1781.

 

De 1783 à 1784, il prend le commandement d'une flotte à Terre Neuve.

Il est promu sous-lieutenant de vaisseau en 1786, lieutenant de vaisseau en 1792, puis capitaine de vaisseau en 1793. Il patrouille alors en Méditerranée sur plusieurs navires. En 1797, il est nommé chef de division.

Entre 1801 et 1803, il part en campagne à Saint-Domingue.

En 1805, il est de retour en France, et prend en mars le commandement du Pluton dans l'escadre de Villeneuve. Il part pour les Antilles où les anglais tentent de barrer la route commerciale de la France vers l'Amérique. Le 2 juin, après 4 jours d'affrontement, il prend le rocher du Diamant, fortifié par les anglais, à la Martinique.

Durant le combat de Trafalgar les 21 et 22 octobre 1805, Cosmao ne cesse de se porter au secours des vaisseaux alliés. Finalement, devant l'avantage pris par les anglais, il se rallie au pavillon de l'Amiral Gravina et fait route vers Rota où il mouille la nuit. Le 23 octobre, il rejoint les anglais et réussit à leur reprendre deux navires espagnols. Cette intervention permis à quelques bateaux français, capturés par les anglais, de s'enfuir.

Ayant appris le désastre de Trafalgar, le ministre de Napoléon, Decrès, s'empressa de féliciter Cosmao sur la belle conduite qu'il avait tenue lors de ce combat et Napoléon pour le remercier le fit contre-amiral. Le gouvernement espagnol lui témoigna également une vive reconnaissance en le créant Grand d'Espagne de Première Classe.

En 1810, il est fait Baron de l’Empire.

 

 

 

En 1814, lors de la première restauration, il devient commandant de l'escadre de la Méditerranée et est fait chevalier de l'ordre de Saint-Louis.

En mars 1815, il se rallie à Napoléon qui le nomme préfet maritime de Brest.

Proscrit par les Bourbons en 1816, il est admis à la retraite sans pension, une injustice qui dure jusqu'en 1817. Il a alors 55 ans. Il se retire à Brest où il meurt le 17 février 1825.

 

Télécharger : peintures relatives à l'Amiral Cosmao (coll. Mairie de Châteaulin).

Restez connectés !